Archives de Tag: écriture

Etat des lieux

Par défaut

Faisons le point en attendant la suite (voir Les bonnes nouvelles ou Ma vie d’écrivain maudit)

 Novembre 2010

Publication de ma nouvelle Le rêve du marcheur  dans le recueil collectif « Passage de mémoire » aux éditions Territoires de la mémoire.

Disponible en ligne sur le site de l’asbl au prix de 6€ : ici

Thème : Tout est dit dans le titre du recueil. La publication était le fruit d’un concours sur le devoir de mémoire. L’association, très connue en Belgique, se présente en effet comme  un « Centre d’Education à la Résistance et à la Citoyenneté ».  http://www.territoires-memoire.be/

 L’histoire : scènes d’un monde mythologique où les dieux sont en perdition face à l’horreur humaine, entrecoupées par diverses voix des « marcheurs de la mort ». L’idée m’est venue de ce simple constat que toutes les guerres sont marquées par des marches de la mort où l’anonyme crève au bord du chemin.

 Juin 2011

Une lettre me parvient, de la Police. Et merde, je me suis fait avoir comme une schtroumphette (attendez, je vérifie l’orthographe), je disais donc,  je me suis fait avoir comme une schtroumphette schtroumpfette, une bleue quoi (oui je sais c’est nul mais je surfe sur la vague des blockbusters, on est commercial ou on ne l’est pas), je vais raquer pour un excès de vitesse ET mon retard multi-mensuel de contrôle technique.

Police de Liège, ouh, erreur sur la personne, je ne suis plus allée à Liège depuis novembre 2010 (voir plus haut). Oh surprise, j’ai une mention au concours de nouvelle policière de la Police de Liège ! Bonheur…

Thème : Striptease

L’histoire : monologue d’une stripteaseuse.

Titre : Au suivant

Août 2010

Après une attente désespérée (sur une plage de Corse), Jacques Flament m’envoie un mail pour m’annoncer que ma nouvelle Les existences amères a été retenue par le concours Leitmotive. Chaque trimestre, l’éditeur organise un concours dont la contrainte est de commencer sa nouvelle par les deux phrases imposées. Voir le site :

http://www.jacquesflament-editions.com/leitmotive/

L’histoire : elle commence par « Fatigués de lutter contre les forces d’inertie, nous roulions soudés vers la nuit, subissant l’odeur aigre des corps entremêlés. Le bruit sourd et saccadé de l’acier sur les rails étouffait les soupirs. »

Disponible dès le 15 septembre sur le site de l’éditeur au prix de 15€.

PS qui a son importance : Les nouvelles citées ne peuvent être mises en ligne en accord avec les éditeurs ou les organisateurs des concours. D’où la rubrique Défis (voir articles).

Publicités

Mon entrée en blog

Par défaut

Voilà, je l’ai fait. J’ai créé mon blog. Je suis une bloggeuse (blogueuse ? Ahhhh, l’orthographe ! On en reparlera plus tard.)  Enfin, pas tout à fait, pas encore. Je tâtonne. C’est comme « auteure ». Disons qu’il n’y a pas que le blog qui est en construction permanente. Moi-même, je me cherche, je m’explore. Je me suis un peu trouvée depuis 2010. Ma voie s’est tracée doucement entre l’enseignement, les planches (de théâtre) et les planches (de cuisine). Aujourd’hui, je sais : je veux écrire. Pas être écrivain, nécessairement. Ecrire. Ecrire goulûment, sans jamais atteindre la satiété. Avec joie, plaisir et humour.

 Voilà, je l’ai dit. J’ai créé ma vocation. On verra ce que ça donnera. Au pire : un blog sans visiteur, sans commentaires, sans communauté. C’est triste, hein ?  

 J’ai pas peur, moi. J’envisage toujours le scénario catastrophe (réflexe d’auteurE), pour être surprise, mais au fond, j’y crois. Mes intentions sont louables. Piocher des idées proposées, lancer des défis d’écriture, m’enrouler dans les thèmes, les contraintes qu’on me soumettra et écrire.  Rendre compte de mes états d’âme, de mes doutes, de mes assurances, de mes déceptions et de mes reconnaissances.

 Ecrire et être lue.